Accords mets et vins : quelles sont les règles à respecter ?

Les boissons alcoolisées sont adulées un peu partout dans le monde. Les gens qui aiment le vin et qui sont des passionnés de gastronomie doivent connaître les bons accords mets et vins s’ils souhaitent savourer leurs repas. Quelles règles faut-il respecter et quels pièges faut-il éviter pour avoir les meilleurs accords mets et vins ? Cet article répond à ces préoccupations.

Quelles sont les règles essentielles des accords mets et vins ?

Pour appréhender les combinaisons de la meilleure des manières, il est nécessaire de comprendre qu’il y a de multiples accords qui vont fluctuer en fonction des saveurs que le cuisinier voudra relever. Pour avoir un bon accord mets et vins, il y a une conduite spécifique à tenir.

A voir aussi : Comment refroidir rapidement une bière ?

Pour commencer, il est important de notifier que pour l’accord d’associations de saveurs, il est nécessaire de trouver la combinaison idéale entre les arômes d’un plat et ceux d’un vin.

Ensuite, il faut veiller à ce que le vin choisi tire le plat vers la longueur en bouche qui est recherchée. De même, on peut s’atteler à créer des accords d’amplification ou d’harmonie. Autrement dit, on va essayer d’obtenir une saveur qui est identique au vin et au mets afin de révéler des notes qui émanent du plat. Les accords de compensation vont permettre d’équilibrer et d’atténuer les saveurs particulièrement fortes d’un plat. On peut, par exemple, sur un plat dont le goût a une grande intensité, essayer un mariage avec un vin d’une grande finesse afin d’apaiser le goût iodé.

Lire également : Quelle céréale est utilisée pour brasser une bière blanche ?

Enfin, l’accord magique est l’ultime type de mariage qu’il faut faire entre son mets et son vin. Il s’agit d’une combinaison à laquelle les sommeliers tiennent beaucoup que ce soit ceux qui se penchent sur le vin terrasses du larzac prix ou autres. Cet accord n’est pourtant pas facile à obtenir. Il est impérieux, pour le réussir, de combiner le bon moment à la bonne saveur et les bons arômes au bon vin. Il faut aussi servir le plat et le vin à la bonne température.

Les grands pièges que vous devez éviter

Le premier piège à éviter est celui des intolérants. En effet, il existe de nombreux ingrédients qui sont appelés « les intolérants » en sommellerie et qui ne s’allieront pas bien avec les vins. Au nombre de ces ingrédients, il faut citer les œufs, le piment, le surplus d’ail et le vinaigre. Il est donc conseillé d’esquiver ces produits qui risquent d’endommager la dégustation et de détruire le palais.

Le second piège qu’il faut éviter, c’est celui de commencer un repas avec un vin provenant de pourriture noble. Elles ont donc à se repentir, ces personnes qui s’attèlent à allier le foie gras qu’elles ont avec un géant Sauternes.

Il est recommandé que vous respectiez l’ordre de service des vins. Ce dernier demande à ce que l’on commence par une minéralité exquise sur un blanc sec ou sur une huile. Il faut enchaîner avec des tanins en s’appuyant sur un vin rouge avant de finir avec un vin sucré.

Enfin, si vous ne souhaitez pas qu’un repas soit gâché, gardez-vous de servir au-delà de 5 vins à table, à moins que vous ayez envie de brouiller les papilles gustatives de vos invités.