Comment faire pour arrêter de boire de l’alcool ?

L’ alcool est un élément culturel dans de nombreuses sociétés et sa consommation est socialement acceptable. De nombreuses possibilités conviennent pour boire : sorties, repas, soirées, événements. En passant, les personnes qui ne boivent pas ou qui veulent arrêter de boire sont très souvent mal comprises. Cependant, lorsque sa consommation n’est pas contrôlée, l’alcool se transforme inévitablement en un poison qui doit être arrêté rapidement… Comment arrêter efficacement de boire de l’alcool ? L’hypnose a fait ses preuves et est efficace pour surmonter cette situation.

L’ alcoolisme et ses conséquences

L’ alcoolisme est une maladie qui a un impact à long terme sur la santé. Ses diverses conséquences sur l’organisme et le comportement sont très nombreuses :

A lire en complément : Comment savoir si la levure de bière est active ou inactive ?

  • maladies du système nerveux ;
  • troubles cognitifs (troubles de la mémoire, prise de décision, attention)
  •  ;

  • cirrhose du foie ;
  • risque accru de cancer (dans particulier : bouche, gorge, œsophage, foie, sein, côlon et rectum) ;
  • maladies digestives ;
  • accidents mortels ;
  • insomnie ;
  • agressivité ;
  • troubles mentaux (dépression, anxiété, nervosité), etc.

L’ alcoolisme a également un impact sur la vie sociale et professionnelle. Il y a un danger prouvé lors de la consommation répétée d’alcool. Au-delà de deux vaisseaux par jour, le risque de dépendance est très élevé.

A lire également : Quelle céréale est utilisée pour brasser une bière blanche ?

L’ alcoolisme est appelé lorsque la consommation d’alcool devient plus régulière et une source de besoin. Le paradoxe est alors que l’alcool devient nécessaire pour faire face aux événements et en même temps un réel inconvénient dans la vie quotidienne. Arrêter de boire devient une nécessité…

Solutions pour arrêter de boire

Ce n’est pas toujours le cas. Il est facile d’arrêter de boire, et surtout quand le patient essaie de le faire seul. Les risques associés au retrait peut être supérieure à la dépendance. C’est encore plus compliqué parce que les gens qui ne connaissent pas cette dépendance ne comprennent pas toujours pourquoi les personnes à charge ne peuvent pas arrêter de consommer. En plus de la dépendance, il y a aussi des sentiments de culpabilité et de honte des alcooliques.

Cependant, il y a des solutions !

La première solution pour arrêter de boire est d’être accompagné dans son retrait par des professionnels de la santé. Les centres de soins de toxicomanie offrent un suivi médical et un soutien psychologique. Cette étape est fortement recommandée pour s’engager sur le chemin de la guérison.

Dans le cadre d’un suivi médical, il est possible de subir des médicaments prescrits par un médecin. Cette solution est fournie dans le cadre d’un protocole de soins. En outre, si désiré, le patient peut rejoindre un groupe de parole et d’auto-assistance, tels que les alcooliques anonymes. C’est un bon moyen de briser l’isolement.

Enfin, il existe une autre solution éprouvée – l’hypnose.

Toutes ces solutions peuvent être mises en œuvre simultanément parce qu’elles peuvent se compléter mutuellement. Souvent, c’est cette combinaison de processus qui rend la guérison plus efficace.

L’ aide de l’hypnose pour lutter contre l’alcoolisme

L’ hypnose montre des résultats très convaincants pour les patients qui veulent arrêter de boire. Cependant, il est nécessaire que le patient veuille vraiment sortir de sa dépendance et obtenir de l’aide. La consultation d’hypnose peut avoir lieu dans un milieu hospitalier ou au bureau.

L’ hypnothérapie invite le patient à se débarrasser de ses idées nocives. Pour ce faire, il intervient au niveau subconscient et remplace ces idées négatives par des idées plus justes et selon les valeurs du bénévole. Par conséquent, l’hypnothérapie ne vise pas les fonctions cérébrales qui ne sont pas réceptives à elle.

Le premier commence par une entrevue afin de déterminer les besoins du patient et l’approche à mettre en œuvre. L’hypnothérapeute reviendra aux causes de l’alcoolisme. Ensuite, tout au long des séances, le praticien fera des suggestions au patient. Par conséquent, les idées ne sont que proposées, jamais imposées. Seul le patient peut décider de les accepter ou non.

Ces suggestions verbales sont transmises au bénévole par l’utilisation d’un vocabulaire très imaginaire, positif et compréhensible. L’hypnothérapeute adapte sa technique aux attentes de chacun de ses clients. Il est également possible que le praticien conseille des exercices d’auto-hypnose. Ils devraient être atteints dans le cas où l’envie d’alcool est beaucoup plus forte que celle d’arrêter de boire.

Pour un patient souffrant d’alcoolisme, les séances sont fermées dans les premières semaines. Leur nombre varie d’un patient à l’autre. Cependant, ils ne sont pas destinés à s’étendre au fil du temps parce que la l’hypnothérapie est une thérapie brève. Il est à noter pour les personnes souffrant d’alcoolisme, qu’il n’est pas recommandé de boire peu de temps avant l’incorporation.